Les Histoires en images, publication des frères Offenstadt


Les Histoires en images est une publication des frères Offenstadt à mi-chemin entre les fascicules de romans d’aventures et les journaux d’histoires en images. Ce récit complet est publié entre les deux Guerres mondiales, de mars 1921 à juillet 1938.

histoires-en-images2

histoires-en-images6

Le titre de la publication est intégré dans un bandeau sous lequel s’entremêle une bandelette annonçant : «Supplément de Cri-Cri, L’intrépide, Petit Illustré, Lili et Fillette» soit la totalité des illustrés enfantins de l’éditeur. 2009 numéros parurent de cet illustré qui offrait sur quatre pages une histoire unique. Jusqu’au numéro 1480 (1934) ou apparait enfin une histoire comique, le journal présente surtout des récits réalistes. Le récit humoristique ne concerne en fait qu’une trentaine de numéros car ce n’était pas la le style de cette publication, vouée davantage à l’aventure sous toutes ses formes. En revanche, et comme il était courant dans les diverses publications destinées à la jeunesse de l’époque, tous les récits comportent une intention morale : le criminel, le ravisseur, le voleur, le menteur, l’escroc, celui qui abuse de sa force, de sa puissance, de son rang, bref le « méchant », du mauvais seigneur au comptable indélicat, tous sont punis, certains se rachetant néanmoins par leur conduite ultérieure et leur repentir.

histoires-en-images5

histoires-en-images7

Histoires en Images n°98 (18/01/1923) L’honneur de Pedro (détail)

histoires-en-images10histoires-en-images9Les thèmes abordés sont souvent liés à l’aventure personnelle et sentimentale. Mais de nombreux récits abordent également le banditisme, la criminalité, l’escroquerie, le rapt d’enfant, la contrebande, l’enquête policière. Et il est parfois question de guerre, de révolte et de révolution, d’aventures maritimes, de contes merveilleux ou de voyages exotiques. On note que le 18e siècle et toute la période comprise entre 1800 et 1938 y sont le théâtre privilégié des récits alors que le Second Empire ne concerne que 5 numéros, effet sans doute du tabou « Badinguet», courant à l’époque.

jobbe-duval2

Dessins de Jobbé Duval (détail du n°1088)

Les illustrateurs de ces récits sont d’abord les auteurs de la maison Offenstadt : Henry Steimer, qui ouvre la serie, et qui est l’un des rares à signer ses planches, Félix Jobbé Duval, René Giffey qui illustre anonymement une soixantaine d’histoires, Gaston Niezab, J. Ossip, Paul d’Espagnat, Janko, René Gary, Rolno etc. La première année, les principaux dessinateurs sont, outre Steimer, A. Huguet, Louis Le Riverend, Galland, Thomen et Le Rallic . On prêtera une attention particulière à l’art de Jobbé-Duval, et notamment à ce procédé, très présent dans la bande dessinée contemporaine,  qui consiste à faire se prolonger des éléments graphiques d’une vignette à l’autre, d’une image à la suivante. Les dessins de Steimer ne manquent pas non plus d’originalité, avec parfois des particularités quant aux formes des cases (utilisation de cercles, d’arrondis, voire de décorations géométriques florales).
Parmi les scénaristes on peut citer José Moselli (qui signe ici Jacques Mahan, Guy d’Armen, Reginald Veran, etc.), Jo Valle qui, en plus d’être un collaborateur régulier de l’éditeur, est un auteur complet (texte et dessin) de récits policiers très bien menés. Quelques noms encore, qui reviennent le plus souvent : Ossip, Paul Darcy, Alphonse Croziere, Pierre Adam, Pierre Agay…

Voir les numéros disponibles en boutique

histoires-en-images8

Histoires en Images n°241 (25/06/1925) Si j’étais reine! (détail)