Publié par

Tartine Mariol, la mémé (presque) invulnérable..

Durant les années cinquante et soixante, les Italiens se montrèrent extrêmement créatifs dans le domaine de la bande dessinée populaire. Ils excellèrent surtout dans le western et l’humour. C’est d’ailleurs en Italie que les personnages de Walt Dis­ney ont eu le plus de succès. A un point tel que Mickey (qui s’y appelle «Topolino» c’est-à-dire «Souris») et ses amis ont vécu nombre d’aventures inédites qui, sous le crayon de dessinateurs aussi excellents que Bottaro ou Carpi, n’ont rien à envier aux histoires américaines. Continuer la lecture de Tartine Mariol, la mémé (presque) invulnérable..

Publié par

Mirko, le Petit Duc d’Antonio De Vita

Conçue au départ comme une histoire de Résistance, le Petit Duc Mirko plonge rapidement dans le merveilleux ; civilisations disparues ou chronologiquement décalées, science-fiction pure, architectures et décors démesurés; le dessin, baroque et contrasté, renforce le caractère onirique de cette bande-culte. Continuer la lecture de Mirko, le Petit Duc d’Antonio De Vita

Publié par

Captain Swing, alter ego de Blek : le petit format tout en muscle..

C’est pour remplacer Blek , abandonné en 1965, que le studio italien Esse-G-Esse, formé de trois dessinateur turinois signant de leurs initiales (Sinchecto, Guzzon, Sartoris), créa Il Comandante Mark qui devint chez nous Captain Swing.

Ce héros évolue dans le même cadre que Blek : il combat l’oppresseur anglais, à la tête de ses trappeurs, «les Loups de l’Ontario», dans l’Amérique de 1773. Il est flanqué d’une éternelle fiancée, Betty (presque aussi horripilante que Suzy, la fiancée du Capitaine Miki) et de deux inséparables compères : le chauve et rigolard Mister Bluff et l’Indien triste Hibou Lugubre. A ce trio s’adjoint au n° 7 l’indispen­sable Pouik (Flok en V.O.), le chien de Mister Bluff, dont le grand plaisir est de mordre le postérieur de Hibou Lugubre…

Peu à peu, les scénarios finissent par tourner en rond et vers la fin, le dessin se dégrade avec les décès de Pietro Sar­toris et Giovanni Sinchetto, remplacés par Lina Buffolente. Quelques numéros méritent le détour : Le n° 78 relate la jeunesse de Swing (paru en Italie beau­coup plus tard, dans le n° 100, mais en couleurs). Dans le n° 265, Swing rencontre Blek. Enfin, le dernier numéro italien, resté inédit en France, voit le mariage de Swing avec Betty, Blek le Roc étant l’invité!

Continuer la lecture de Captain Swing, alter ego de Blek : le petit format tout en muscle..